Actualités du Neurocercle

Accès aux documentations :

Les documents et diapos de l’atelier précédent sont en fin de cette page d’accueil.

Le dossier général de toutes les séances est ici sur dropbox
La liste des livres empruntables est ici sur dropbox

Contact : neurocercle.jh@free.fr
Pour s’abonner aux annonces : https://framalistes.org/sympa/subscribe/neurocercle

***********************
Prochaine séance : 

Mercredi 15 Janvier 2020 – 17h-19h  Attention Horaire modifié
Maison des Associations de Grenoble, 6, rue Berthe de Boissieux – Salle de conférence

« L’intelligence humaine n’est pas un algorithme » Présentation du livre d’Olivier Houdé, par Françoise Isnard

Olivier Houdé est un psychologue spécialiste du développement et de l’éducation de l’enfant.

On parle aujourd’hui beaucoup d’intelligence, qu’il s’agisse des circuits biologiques du cerveau ou des circuits électroniques des ordinateurs.

Mais qu’est-ce que l’intelligence ?

Partant de ses propres découvertes chez l’enfant, Olivier Houdé propose dans ce livre une nouvelle théorie de l’intelligence qui intègre le circuit court des intuitions et le circuit long des algorithmes, mais qui fait aussi et surtout la part belle au système inhibiteur, seul capable de bloquer les réponses, au cas par cas, selon le but et le contexte.

C‘est cette inhibition, indispensable pour corriger nos biais cognitifs, qui est la clé de l’intelligence et qu’il faut éduquer ou coder.

**********************

Dernières séances passée :

Mercredi 11 Décembre 2019 – 18h-20h
Maison des Associations de Grenoble, 6, rue Berthe de Boissieux – Salle de conférence

LA NOTION DE TEMPS : CONTROVERSE OU CONCORDANCE
ENTRE PHYSIQUE ET BIOLOGIE

par Christian Graff et Georges Kamarinos.

La perception du temps semble pour le moins subjective. Si nous avons des récepteurs sensoriels pour les sons, le toucher, etc… nous n’en avons pas pour le temps. Et pourtant, il nous arrive de nous réveiller à une heure précise dans certains cas, même sans attendre la sonnerie du réveil. Nous avons cependant des horloges biologiques qui, à des rythmes différents, gouvernent diverses fonctions de notre organisme, et même selon certains résultats récents l’hippocampe dans notre cerveau est capable de générer des séquences temporelles relatives à des événements récents. Temps absolu, durées, intervalles… sont autant de questions qui restent ouvertes. Pour essayer d’y voir plus clair, nous proposons une approche en deux parties.

 

Tout d’abord, les avatars du temps en physique, le Temps du physicien, pour lequel on aurait tort de croire qu’il est défini une fois pour toutes. De la relativité générale à la mécanique quantique, on s’apercevra qu’il peut être continu, granulaire, incertain, réversible… Il constitue donc un mystère et il y a même actuellement des théories qui proposent de s’en débarrasser, revenant ainsi à une hypothèse de Zénon (à partir du paradoxe d’Achille et de la tortue) ! Par Georges Kamarinos .Directeur de Recherche CNRS ( rétraité).

 

Ensuite, nous aborderons l’aspect psychophysique de la perception du temps avec pour fil conducteur la charge émotionnelle que portent les réflexions sur la temporalité, en l’illustrant dans les domaines de la biologie du comportement : Phylogenèse, ontogenèse, chronobiologie, psychophysique, rythmes apériodiques, mémoire, vieillissement et âge. On parlera de l’emploi confondu ou ambigu de « temps », « instant », « durée » ou « période »… pour exprimer des idées bien distinctes, selon un vocabulaire adéquat. Par Christian Graff, Maître de Conférences au Laboratoire de Psychologie et Neurocognition de Grenoble.

Mercredi 13 Novembre 2019 – 18h-20h
Maison des Associations de Grenoble, 6, rue Berthe de Boissieux – Salle de conférence

Interactions audiovisuelles et perceptuo-motrices dans la parole,
par JL Schwartz

Percevoir la parole :
une histoire d’oreille, d’oeil, de main, de bouche …

On perçoit la parole avec son oreille, bien sûr – et on sait bien combien il peut être difficile de bien entendre dans le bruit, ou quand l’audition se dégrade, avec l’âge par exemple. Mais on la perçoit aussi avec son œil, en « lisant sur les lèvres » de son interlocuteur. On peut même la percevoir avec sa main, en touchant le visage de son interlocuteur pendant qu’il parle, pour sentir comment bougent sa mâchoire, ses lèvres, si les cordes vocales vibrent derrière le cou, et si de l’air sort par le nez ! Et on peut même percevoir par la bouche, car on pense de plus en plus que lorsque l’on écoute quelqu’un parler, des mécanismes de simulation interne nous conduisent à essayer inconsciemment de reproduire mentalement les gestes de sa bouche, pour mieux le comprendre. On aborde là la question, passionnante, des « neurones miroir », ces parties du cerveau qui servent à imiter quelqu’un pour mieux comprendre ses actions. Ce sont ces histoires d’oreille, d’œil, de main, de bouche et de cerveau que nous allons essayer de raconter, de manière aussi simple et vivante que possible, parce que, derrière la complexité des méthodes scientifiques, ces questions sont universelles, profondes … et pas si compliquées que cela, après tout !

Documentation. C’est ici

 

 

****************

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s